un numéro d'équipe fétiche pour les soeurs Dumas...
 

 

 

 

 

 

Plan du site

Retour à l'introduction

Site officiel du
Rallye Aïcha des Gazelles

 

Rallye Aïcha
des Gazelles

Rallye et Sahara 101
ou
petit cours de familiarisation
avec le langage du rallye

§ Sahara 101

§ Rallye  101

 

SAHARA 101

Voici un petit cours d’initiation sur le milieu physique dans lequel se déroulera le Rallye, qu’on aura dès lors plus de facilité à suivre et à comprendre. On traitera de ces mots populaires au Scrabble et dans les mots croisés : erg, reg, oued et hamada. Et on comprendra pourquoi les québécoises y sont si à l’aise.

L’erg

C’est une « mer de sable » que le vent façonne continuellement en formations de dunes. Ce sable avait été érodé et transporté par les cours d’eau, à l'époque où il y en avait.  Les dunes sont dures du côté des vents dominants et molles en aval du vent, où se fait la déposition, avec un angle de repos de 32-34 degrés. Et plus il fait chaud, plus le sable est mou et plus il est difficile d’y naviguer. C’est un peu comme notre ski de printemps, finalement, qui est excellent le matin quand la croûte est dure mais exécrable l’après-midi, quand le gros sel est trop épais.

Il faut donc toujours monter les dunes du côté dur.  Mais attention : quand on regarde les cartes détaillées dont disposent les gazelles, on voit très bien dans quel sens sont les dunes et comment il faut les prendre.  Sauf que ces cartes ont été faites dans les années ’50 sous l’administration française, et que depuis ce temps, les vents dominants ont changé de direction en raison des changements climatiques.  Les dunes sont donc souvent du sens inverse à celui indiqué sur les cartes.  Sauf qu’occasionnellement, il y a des vents contraires et les dunes rechangent de bord, jusqu’au moment où les vents redeviennent normaux  — dans leur anormalité —  et que les dunes re-rechangent de bord.  En tout cas, moi je me comprends !

Quand on a abordé les dunes par le mauvais côté ( ce qui arrive donc, en moyenne, 1 fois sur 2 ) et qu’on s’est « tanké » dans le sable, il faut s’en sortir ; et c’est exactement comme se sortir d’un banc de neige et en ce domaine, les non-québécoises n’ont aucune expérience.

De plus, les Gazelles ordinaires ont des plaques de désensablage de 2 mètres de longueur ; elles creusent de longues tranchées pour pouvoir les installer à plat ; elles « jardinent » beaucoup.  Les québécoises, elles, ont toutes des chenilles de moto-neiges, qui procurent une excellente traction et épousent la forme du terrain.  Mais comme dans la neige, il faut bien sûr enlever le sable sous le véhicule quand il est « jacké ».


L’erg Chebbi


L’erg Chigaga

Les principaux ergs que l’on verra durant le Rallye sont :

L’erg Chebbi (dunes dites « de Merzouga »), qui mesure 22 km du nord au sud et 5 km d’ouest en est. Il contient 13 grandes dunes de 150 mètres de hauteur (Mont Belle-Neige), en moyenne. On dit que certaines pourraient atteindre à l’occasion 250 mètres (un peu plus que le Mont Saint-Sauveur). Ce sont les plus hautes du Maroc mais, contrairement à ce qui est souvent avancé, ce ne sont pas les plus hautes d’Afrique.  En effet, certaines dune de l’erg Tifermine, au sud du Grand Erg Oriental (Algérie) atteindraient 450 mètres de dénivellation.

L’erg Chigaga (dunes dites « de Mhamid »), le plus grand complexe dunaire du sud marocain, qui fait 30 km de large et 15 km de haut, avec des dunes qui peuvent atteindre 100m, du côté ouest.

Le reg

C’est le type de désert le plus répandu, le désert de pierre, une étendue plane de grès et de boue volcanique recouverte de gravier, de cailloux arrondis et de pierres d’où tout le sable a été enlevé sous l’action de l’eau et du vent.  Les Gazelles rouleront longtemps dans ce genre de formation, ce qui mettra leurs pneus, leur patience et… leur derrière à l’épreuve.

L’oued

C’est un lit de rivière presque toujours sec. Sa formation date du temps où le Sahara n’était pas encore un désert. Quelques rares pluies parviennent à les remplir occasionnellement pour quelques jours, voire quelques heures.  La conduite dans un oued est un peu comme la conduite sur la glace : on peut penser que c’est solide, mais la couche de surface peut cacher une mare liquide d’où il peut être malaisé de sortir.


Partie molle d’un oued
(photo Lyne Guérer)


Après le passage d’un oued humide  (photo Lyne Guérer)


Palmeraie près de Zagora
dans l'oued Draa.

Les Gazelles traverseront plusieurs oueds. Le plus grandiose est sans contredit l’oued Draa. Sur 175km, en amont de Mhamid, il donne la vie à un long oasis où s’allongent de magnifiques palmeraies et des cultures céréalières, maraîchères et fourragères.

L’hamada

Voici un nouveau terme à ajouter à votre lexique du Rallye. C’est une surface presque uniformément plate,  une surface aride de roche-mère exposée ou de couches sédimentaires cimentées par des sels évaporés.

C’est à Mhamid que le Draa irrigue ses dernières palmeraies. Ensuite, il s’enfonce définitivement dans le sable pour atteindre la côte Atlantique, après plus de 800 km de trajet souterrain. Ainsi s’est développée l’hamada du Draa, que des Gazelles avaient comparée au paysage de la planète Mars.

Autrefois, celui qui était le plus grand fleuve du Maroc avait créé une immense plaine fertile en aval de Mhamid, de son vrai nom M’hamid-el-Ghouzlane, ce qui signifie, fort à propos… « la plaine des gazelles ». C’est-tu pas assez beau ?


L’erg Chebbi et le vaste oued Ziz


L’oued Draa et ses palmeraies,
l’hamada du Draa
et l’erg Chegaga

 

Rallye 101

On parle de parcours sans faute quand une équipe a réussi à pointer toutes les balises et n’a pas écopé d’autre pénalité majeure .

Essentiellement, le Rallye consiste, à chaque étape, à pointer toutes les balises, en parcourant la plus petite distance possible.

  • on ne peut pointer une balise si on n’a pas pointé les précédentes

  • la dernière balise ferme au coucher du soleil (environ 19h30, soit 15h30 ici)

  • il faut être entré au bivouac avant midi le lendemain d’une étape, sinon mise hors classement
    (on peut continuer, mais il n’y a plus de points)

  • on peut prendre le départ d’une étape jusqu’à midi, le jour de cette étape

  • on ne peut se déplacer en compagnie d’un autre véhicule, pendant les heures d’ouverture des balises

  • un équipage perdu peut déclencher l’assistance recherche ; il est alors ramené au bivouac et mis hors classement

  • on peut demander l’assistance mécanique sur le parcours, moyennant pénalité

  • si le véhicule doit être ramené au bivouac par l’Organisation : mise hors classement

Déroulement de Rallye

  • lever à 4h

  • briefing à 5h

  • premiers départs 5h30

  • départs à toutes les 2 minutes sur chaque parcours

  • en revenant au bivouac à la fin de l’étape, chaque équipe reçoit la position de la première balise
    de la prochaine étape ainsi que la position du bivouac où l’étape se termine

  • à la première balise de l’étape, chaque équipe reçoit le « road-book » du reste de l’étape :
    positions des balises et passages obligatoires

  • la position d’une balise peut être donnée :

  • par ses coordonnées (latitude, longitude)

  • par la distance et l’azimut à partir de la balise antérieure

  • par les azimuts à partir de la balise antérieure et de la balise postérieure

  • par toute autre méthode

 Pénalités

  • chaque kilomètre en plus de la distance mesurée à vol d’oiseau : 1 point

  • balise 1 non pointée : 40 points

  • balise 2 non pointée : 60 points

  • balise 3 non pointée : 80 points

  • autres balises non pointées : 100 points chacune

  • demande d’assistance mécanique en cours d’étape : 200 points

 

  Rallye 2008          Haut de page

                                                                   

 

|   Accueil   |  Équipage, équipement et pré-requis   |  Contexte du rallye   |  Album photos   |  Liens utiles   |  NOS ARCHIVES   |  Pour nous joindre   |

|   Rallye / Sahara 101   |  Rallye 2006   |  Rallye 2008  |