ARCHIVES 2004
14e édition du rallye

Du 22 au 29 avril

pour autorisation

par Pierre Dumas,

le Gazou-gazette

Toute reproduction
ou utilisation interdite
sans l’approbation de l’auteur

CONTENU :

INTRODUCTION

ÉTAPE 1

ÉTAPE 3

ÉTAPE 5

ÉPILOGUE

LES ÉQUIPES

ÉTAPE 2

ÉTAPE 4

ÉTAPE 6

 

 

INTRODUCTION

La 14e édition du Rallye Aïcha des Gazelles s’est déroulée au Maroc du 22 au 29 avril 2004.

 

Cette année, je suis correspondant de l’équipe #1 Carpédia/Royal Air Maroc composée de Francine Plante et de Marie-Pierre Juneau.

 

En 2001, Marie-Pierre s’inscrit pour la première fois au Rallye, en 4x4, avec Céline Palfroix. Elles ont eu de nombreux ennuis mécaniques et eu recours deux fois à l’assistance technique, ce qui coûte très cher. Elles terminent en 31e, sur 48. Il faut dire qu’elles n’étaient pas fameuses en navigation non plus.

 

Mais elle a la piqûre  et ne pense qu’à retourner, mais pour performer. Elle trouve la partenaire idéale en Francine Plante. En 2002, elles vont  chercher le Bronze en 4x4, derrière les québécoises Louise Bergeron et Claudine Douville ( Or ) et le duo Gimenez/Poncet  ( Argent, en quad, ; en 2003, les classes seront séparées et elles auront l’Or en Quad ). Une grande année pour les québécoises : six équipes dans les 12 premières places ! Dont les sœurs Guérer en 8e et Sophie Racette-Villeneuve et Raymonde Legendre en 11e. Ces dernières ne sont pas chanceuses ; elles sont fortes, elles en sont à leur 4e participation, mais il leur arrive toujours une tuile.

 

En 2003, Marie-Pierre et Francine retournent pour l’Or. Sophie et Raymonde aussi. Et  la française Christiane « Cric » Girka aussi. Ce fut une lutte épique et elles reviennent avec l’Argent, pas loin en arrière de Cric mais confortablement en avant d’Équipe Québec, Geneviève Prévost et Annie Dumas, qui ont le Bronze. Une autre grande année pour les québécoises, avec 2 podiums, 6 équipes dans les 10 premières, 6 équipes dans 10 meilleures novices, dont un triplé en premières places. Sophie et Raymonde ont dominé le classement jusqu’à la 4e étape, ont eu 2 tuiles et terminent 6e.

 

Mais il faut qu’elles s’arrêtent un jour et elles retournent cette année pour la dernière fois. Pas le temps de s’attarder à l’épreuve intermédiaire que sont les quads. On attaque l’épreuve ultime : la moto. Et comme objectif : le plus élevé. Celui de la première équipe à terminer le Rallye sur ses roues.

On y va !

Contrairement aux québécoises du 4x4 qui passent par Paris, prennent leur véhicule en France, rejoignent les autres concurrentes sur la Méditerranée et voguent sur le Marrakech de Sète à Tanger, elles sont arrivées directement à Casablanca samedi matin, le 17 avril, par Royal Air Maroc. Marie-Pierre a voyagé en classe affaires et Francine s'est sacrifiée et a pris la place régulière. Elles ont combattu le décalage horaire sur les plages de l’Atlantique.

 

Dimanche, elles se sont déplacées à Erfoud où elles séjournent durant trois jours à l’hôtel Xaluca, un palace avec des buffets de marbre, des éviers gigantesques et des lits gargantuesques. Entre  les nombreuses incursions dans les boutiques et les souks et les sessions de bronzage sur le bord de la piscine, elles trouvent le temps de travailler les cartes, calibrer les compas et boussoles, étudier le terrain de l’étape 1, vérifier l'équipement.

 

Mardi, les autres gazelles ont débarqué à Tanger. Elles arrivent par petits groupes à Erfoud où elles sont réparties dans différents hôtels. Mercredi, l'organisation les ramasse pour les déménager d'hôtel et pour les préparatifs techniques ( que les 4x4 ont fait en France et sur le bateau ) : autocollants des commanditaires, calibration des odomètres, installation du téléphone satellite (c'est nouveau ! au lieu de la balise Sarsat), installation de l’équipement GPS pour le positionnement par satellite sur internet, test médical, contrôle de navigation. On vérifie aussi les motos. Elles sont un peu trop hautes ! Les mécaniciens ont réussi à les baisser quelque peu, Francine ne touchait pas à terre. Maintenant, les orteils frôlent le sol.

 

Le parcours

L’épreuve de cette année comprend 6 étapes en 8 jours, pour un total de 1152 kilomètres en ligne droite.

 

LES ÉQUIPES

Quads

Les québécoises : 

  • #20     RDS :Louise Bergeron et Claudine Douville, qui avaient remporté l’Or en 4x4 en 2002
    ( et qui auront l’argent cette année )

  • #21     Moto Ducharme : Chantal Vincke et Lyne Proulx, novices

 et les françaises : 

  • #22     Chrystel Muller et Marie-Claire Le Vouedec, novices

  • #23     Mélanie Suchet et Carole Montillet, de l’équipe française de ski, qui avaient eu l’Argent l’an dernier en quad ( et qui auront l’Or cette année )

4X4

Il y a cette année 64 équipages inscrits en 4x4, dont 32 sont des novices.  Ils sont répartis sur 3 parcours différents.  Du total, 8 équipages sont québécois, toutes novices sauf Nathalie Allaire ( rang au classement général - rang chez les novices - rang chez les québécoises ) : 

  • #100    Flight Logistics group : Marie-Pierre Chapleau et Kathy Beaulieu ( 50-27-7 )

  • #101    Rona : Brigitte Saucier et Gen Lareau ( 31-12-3 )

  • #112    Imprimerie Maska : Anick Larivière et Nicole Houle ( 57-23-8 )

  • #114    Multi-Prêts : Marguerite Laflamme et Marie-Claude Charbonneau ( 48-19-6 )

  • #115    Webdomaine : les journalistes Christine Baberger et Catherine Corne ( 12-2-1 )

  • #117    Assurelle : Annie Lapointe et Catherine Mainguy ( 19-5-2 )

  • #119    Anne Hébert et Martine Roy ( 47-24-5 )

  • #158    Kia/Pepsi/Autostop: Nathalie Allaire, qui en est à sa 3e participation et Julie Morel ( 41-NA-4 )

Parmi les autres équipes, mentionnons : 

  • #106   Xavauto : Christiane « Cric » Girka ( 6e en 2002 et l’Or l’an dernier ) et Véronique Tirebois
    ( 5e en 2002 et 4e en 2003 ) ( termineront en 4e )

  • #133   Comanav : Annick Denoncin ( 4e en 2002 et 13e en 2003 ) et Mouna Zniber ( termineront 5e )

  • #137   M6 : Chris Mayne et Pham-Thi Anh Thu , qui étaient 40e en 2002 et 18e l’an dernier ( Bronze )

  • #148  CrédiWoman : la princesse espagnole Clara Moreno de Borbon ( 11e l’an dernier ), qui veut absolument aller chercher l’or ( elle aura l’Argent )

  • #156   ALD Automotive : les novices Françoise Giraudon et Florence Baudelin ( l’équipe Cendrillon, qui gagnera le Rallye ).

 

ÉTAPE 1,  jeudi 22 avril 

Une boucle de 152 km avec retour à Erfoud, où on logera encore à l’hôtel. Un petit répit avant l’austérité du désert. Pas de grandes difficultés, belle navigation sur de grands plateaux arides, 6 balises à pointer.

 

Tout le parcours était sur les cailloux. Pour les 4x4, y a rien là, mais pour les motardes, cela signifie qu’elles doivent être continuellement debout sur leurs motos ( pas sur le siège, voyons : sur les pédales ). Elles ont chuté quelques fois, mais rassurez-vous, les motos ne sont pas abîmées. Elles ont fait un parcours «au cap», serrant de très près la ligne droite. À 13h, elles avaient atteint la 3. Elles ont ensuite été très lentes à atteindre la 4 vers 17h30, mais sans dévier du tracé. Peu après 18h heures, elles étaient à la 5. Elles ont alors décidé de ne pas forcer la note, de laisser tomber la balise finale et d’aller faire un peu de piscine à l’hôtel. Elles auront perdu 100 points pour la dernière balise et seulement  38 points de pénalité en distance, ce qui confirme la droiture de leur parcours

 

Marie-Pierre a résumé la journée : «On a l'trou-d'cul en d'sous du bras». Je n’ai pas très bien compris, vu qu’elles conduisaient debout.

Les quads

Les françaises #23 ont complété l'étape à 16h30 et  #20 RDS à 19h. Elles ont respectivement 58,87 et 59,63 points de pénalité ; à raison d’un point par kilomètre de différence par rapport à la ligne droite, il n’y a donc que 760 mètres de différence entre les deux, sur un parcours de 152 km !  Quant à  #21 et #22, elles ont eu des parcours très erratiques et n’étaient pas dans la course.

Les 4x4

  • #100   Flight Logistics a passé 5 heures à la 3 et est entré par la route

  • #101   RONA a franchi la 3 à 13h et mit 5 heures à atteindre la 4; à 20h, elles sont près de la 5

  • #112   Maska a aussi cherché la 4 pendant 5 heures et est entrée par la route

  • #114   Multi-Prêts et #119 Hébert/Roy ont cherché la 3 pendant 5 heures et sont entrées par la route

  • #115   Webdomaine a fait un excellent parcours, au cap, avec un léger éloignement près de la 4 ; elles ont pointé la 6 vers 19h

  • #117   Assurelle a fait un parcours au cap et a eu beaucoup de difficulté à trouver la 4 ; elles ont pointé la 5 à 18h30 et ont filé par la route en abandonnant la 6

  • #158   Kia sont perdues depuis 15 heures au nord-ouest de la 5 et y étaient encore à 20h.

La princesse espagnole a remporté l’étape. Les Québécoises #115 ont effectivement fait une superbe course et remporté une éclatante troisième position et sont les meilleures novices sur 32 équipes. #117 s'est classée 21e et #112, 42ième. Pour les 5 autres équipes québécoises, ce fut catastrophique et aucune n'a fait mieux que la 50e position.

 

ÉTAPE 2, vendredi 23 avril

Un parcours de 120 km de Erfoud à Neijakh, 5 balises, avec de courtes mais bonnes difficultés. Et au milieu , les premiers tests dans le sable : la balise 3 est au centre de dunes difficiles à franchir. On pouvait choisir une balise alternative, en contournant les dunes, mais en prenant une pénalité de 250 points.

 

Marie-Pierre et Francine ont encore fait un parcours très serré, jusqu'à la 2, qu'elles ont atteint vers 16 heures. Elles se sont amusées longtemps dans le sable, pour le plaisir, mais n’ont pas poussé l’audace à tenter la balise difficile. Elles ont ensuite filé vers le bivouac qu'elles ont atteint à 17h30. Sur un plateau, Francine s’est presque endormie, a fouillé, s’est retrouvée sous la moto qui s’est immobilisée à quelques centimètres d’une falaise vertigineuse qui, après vérification, s’est avérée un fossé de 5 pieds !

 

Elles sont 3e/5 au classement de l’étape et demeurent 3e/5 au classement général.

Quads

Les françaises #23  ont fait un parcours parfait et  n'ont eu que 50 kilomètres d'écart d'avec la ligne droite ; elles faisaient de la piscine à 16h30 et consolident leur position de tête avec un cumulatif de 109. #20 RDS totalise maintenant 191 points. La compétition est donc loin d'être finie. Les équipes #21 et #22 ne sont définitivement pas dans la course.

4x4

Cric, la princesse et les novices #156 prennent les 1e, 2e et 3e places de l’épreuve et les mêmes places au classement général. Elles ont toutes moins de 100 points au total.

 

Du côté des québécoises, #114 a fait un parcours sans faute et termine 9e. #115 et #117 ont bien fait jusqu'à la 4, mais n'ont pas eu le temps de pointer la 5 avant le coucher du soleil ; elles terminent en 24e et 25e. Pour les autres, rien d'excitant. Plusieurs équipes ont choisi de contourner les dunes  et n'ont pas réussi à atteindre la 4. Encore une fois, cette année, le temps d'exécution semble donc être très important.

 

Au cumulatif, les deux meilleures équipes québécoises sont #115 avec 268 (17e) et #117 avec 371 points (25). Sans vouloir être nostalgique, rappelons qu'en 2003, il y avait 7 équipes québécoises dans les 15 premières, après la seconde étape. 2004 ne sera probablement pas un grand cru pour les 4x4 québécoises. Tous les espoirs reposent donc sur les motos et les quads !

 

ÉTAPE 3, samedi 24 et dimanche 25 avril

Le déroulement de cette étape n'a pas été facile à comprendre. En effet, le site du Rallye mentionne 10 balises, le schéma du tracé en indique 11 et les cartes de positionnement en montrent 14, mais sans indiquer leurs numéros, ce qui aurait été beaucoup trop facile. On sait aussi qu'il y a des jokers, mais pas trop combien et surtout pas où ils sont.

Un longue étape marathon de 305 km en 48 heures, sans bivouac ni assistance technique, avec disons 11 balises à pointer. Dès le départ, les terrifiantes dunes de Merzouga, entre les balises 1 et 2, aussi hautes que le mont Saint-Sauveur ! On pouvait les contourner du côté Est, mais on ramassait 2 balises bonus si on les traversait. Plus loin, entre les  6 et 7, deux autres jokers (les Françaises disent des djâqueures ), mais en montagne.

Samedi

Les quads #20 et #23 ont pris les dunes et les avaient franchies à 11h. Marie-Pierre et Francine ont contourné et ont fait de loin leur meilleure performance à date. Un rythme soutenu, en belle ligne droite. Elles se sont arrêtées avant le coucher du soleil à la 6, près du village de JDAID; il y a très peu de véhicules en avant d'elles. Du côté des 4x4, à peine 5 véhicules ont osé affronter les dunes. La #103 s’y est enlisée à 14h, la #148 et la #151 (1e et 8e au cumulatif) en sont sorties à la fin de la journée et bivouaquent près de la 2, la #156 ( 3e )  a pu sortir un peu plus tôt et s'est rendue près de la 4 et la #163 (20e) a été la première à en sortir et couche près de la 5. Cric #106 (2e au cumulatif) a surpris en contournant. Elles ont peut-être misé qu'il était quasi impossible d'avoir les jokers des dunes et des montagnes et n'ont pas risqué de laisser leur peau à Merzouga ! On verra demain si la stratégie était bonne.

Et vous vous souvenez de ces images de gazelles qui bivouaquent toutes seules en plein désert, en tassant les scorpions pour manger en grelottant dans leur petite gamelle de tôle? Rien n'est plus faux. Marie-Pierre et Francine ont fait le party à JDAID avec les 4 Québécoises en Quad et 10 Québécoises en 4x4. Sans compter aussi toutes ces Françaises qui les suppliaient d'arrêter de chanter, «C'est à ton tour». Mais essayez de dormir quand même un peu, les filles.

Dimanche

Le camping communautaire de JDAID s'est vidé de très bonne heure ce matin. Les trois premiers segments étaient difficiles, en montagne. Marie-Pierre et Francine en sont sorties à 13h et ont atteint la balise suivante à 16h. Étant encore loin du bivouac, elles ont décidé d'arrêter là, de sauter les 3 dernières balises et de couper en travers pour atteindre le bivouac à 18 heures. Le temps a encore été très déterminant. Les quads #20 et #23 (les grandes concurrentes), Cric #106 et peu d'autres véhicules ont eu le temps de pointer la dernière balise. À 20 heures, toutes les équipes québécoises étaient au bivouac, mais il restait encore beaucoup d'autres véhicules sur les sentiers. Les Espagnoles #148 ont été extrêmement rapides. En bivouac hier soir très loin en arrière, à la sortie des dunes, elles étaient à JDAID à 9h30. Elles ont manqué de temps à la fin du parcours et loupé une ou deux balises. La stratégie de #106 de sauter les dunes n'était finalement pas si bête; mais est-ce que ce sera assez pour battre les Espagnoles? Et les 4x4 québécoises ont, dans l'ensemble fait bien meilleure figure dans cette étape.

Résultats

Chez les motos/quads, RDS #20 et #23 ont pointé toutes les balises, mais RDS a fait 50 km de mieux que les Françaises, qui ont tourné longtemps autour de l'avant-dernière balise ; ces dernières conservent quand même un avantage de 142 points en tête du classement. L'équipe #22 est revenue dans la course mais ont quand même 500 points de plus que Marie-Pierre et Francine, qui demeurent 3e au classement général, avec 1041 points.

Chez les 4x4, #106 n'aura pas réussi à battre les Espagnoles qui n'ont effectivement pas eu le temps de passer les deux dernières balises. Mais la grande surprise a été l'équipe novice #156 (ALD Automotive), qui a fait un très bon parcours et qui réussit ainsi à prendre la première place au cumulatif. Les journalistes québécoises #115 ont très bien performé avec une 7e place, ce qui les met 9e au cumulatif. Assurelle #117 demeure la deuxième meilleure équipe québécoise, avec une 28e place.

Vive les motardes

Marie-Pierre et Francine sont devenues les stars de l’édition 2004. Elles ont maintenant déjà battu le record de la course, soit de compléter une 4e journée. Tout le monde les encourage à ne pas lâcher et les pousse à finir le rallye.  Félicitations les filles et ne lâchez surtout pas. D’autant plus qu’il y en a qui aimeraient bien que vous soyez à la maison pour une fois, quand vient le temps de nettoyer le gazon et de planter les pétunias.

Et, tant qu’à parler d’elles, voici où en est rendue la légende du désert à propos de la chute de Francine :

Il était une fois, deux moutardes dans un gros bac de sable. Elles surfaient sur les dunes quand tout à coup, aux grands désarrois de dame Marie-Pierre, elles se retrouvent au fond d'un chaudron ( trou entouré de dunes ) de 20m ! C'est alors que Marie-Pierre, n'écoutant que son courage, enfourcha son cheval à moteur et fonça à toute allure vers le sommet d'une de ces dunes menaçantes. (Le gaz au fond, quoi). Alors que son ascension tirait à sa fin, la chienne l'a pogné ! Et sur le cul, elle se retrouva. Voulant que son expérience serve à sa coéquipière, Dame Marie-Pierre, se releva de peine et de misère et lança à toute voix «AU FOND, LÉON... LÂCHE-PAS LA PÉDALE, CHANTALE». Puis s'en suivit ce que vous savez déjà, Francine s'envola par-dessus la Yamaha !...

 

ÉTAPE 4, lundi 26 avril

 

Une boucle de 210 km autour de Indahar, avec 5 balises. Peu de sable, pas de difficultés de conduite. Mais une navigation serrée,  pour celles qui en sont aux points. 

 

Marie-Pierre et Francine étaient parmi les premières à atteindre le secteur de la seconde balise, ce matin. Mais elles avaient fait une erreur de cartographie en reportant les coordonnées de la balise sur la carte et ont tourné autour pendant deux heures avant de la trouver à 13h. Elles étaient exténuées et ont unanimement décidé de rentrer au bivouac, qu’elles ont atteint à 17h30. Et elles ont bien fait, car une violente tempête de sable s’est levée à 16h, ce qui a forcé de nombreux équipages à rentrer avec seulement quelques balises de pointées. Elles réussissent à maintenir leur avance en 3e place du classement à 400 points, ce qui est très bien et quand même confortable. Cela leur permet d'espérer une 3e place au classement final.

 

Les Quads RDS #20 ont franchi toutes les balises et ont maintenant une avance de 90 points sur les françaises #23.

4x4

Chez les 4x4, les espagnoles #148 ont repris la tête du classement, avec seulement 26 points d'avance sur #156. #115 Webdomaine ont été les seules québécoise à faire un sans faute ; mais elles ne gagnent qu'une seule place (de 9 à 8e ) au classement général, car toutes les équipes de tête ont aussi fait des sans-faute. Les points de distance commencent donc à devenir très importants. Airelle #117 n'a manqué que la 6e balise et gagnent 7 places (de 28 à 21e). Chez les autres équipes, ce fut assez catastrophique. On a beaucoup cherché les balises, on s'est perdu dans le champ, on a essuyé la tempête et on est souvent rentré au bivouac

après la 2e ou la 3e.

 

ÉTAPE 5, mardi 27 avril

Le bivouac se déplace à Mhamid. Un circuit de 180 km, 5 balises. Le site officiel annonçait «Cette cinquième étape ne présente pas de difficultés mais elle est longue, très longue». J'avais beaucoup de doutes : seulement 180 km, en terrain généralement plat, quelques petits oueds. Mais à la toute fin, juste devant Mhamid, l'oued Draa, très large, qui peut être terrifiant s'il cache un peu d'humidité.

 

L'an dernier, Marie-Pierre et Francine avaient mis trois heures à le traverser, vérifiant chaque bout à pied, comme s'il s'agissait d'un champ de mines.

 

La réparation du positionneur par satellite les a retardé d’environ deux heures. Puis la tempête de sable faisait rage ce matin. Marie-Pierre et Francine n'ont pas voulu se sand-blaster et ont attendu une accalmie en fin d'avant-midi. À 13h, elles étaient déjà à la 2e balise et atteignaient la 3e à 15h. Elles se sont ensuite fait prendre par la tempête qui a repris cet après-midi.  Elles ont chuté chacune leur tour. Et la nuit les a surprises à la sortie d'un immense cratère. Par chance, elles ont pu se joindre aux québécoises #119 Hébert/Royet #114 Multi-Prêts pour se trouver un chemin vers le bivouac. À 21h30, le Draa était franchi et on s'alignait vers la superbe palmeraie où est installé le bivouac.  Elles auront fait 250 km pour pointer seulement 3 balises. La journée leur a coûté 650 points et leur avance sur #23, qui n'a perdu que 245 points, a donc fondu à 100 points.

 

À minuit, elles sont encore à l’infirmerie pour soigner les blessures de la journée. La tente n’est pas encore montée, les sacs de couchage sont encore sur les motos. Francine est allée coucher dans le « condo » de RDS ( une tente tellement grande qu’on peut y marcher debout ) et Marie-Pierre sur une petite table chambranlante, dans le camion de transport. Il faut se lever à 4 heures pour la dernière étape, une autre étape marathon. Cela les stresse. Encore une fois, elles vont se lever, se regarder en pleurant. Puis elles vont lire des messages des supporteurs et le moral va remonter pour une autre journée... Elles les prennent une à la fois.

Quads

Les quad #21 sont sortis de la course et les trois autres ont trouvé toutes les balises. Les Françaises #23 ont finalement eu un meilleur score que RDS #20, dont l'avance en tête n'est plus que de 55 points.

4x4

Chez les 4x4, un grand nombre d'équipages ont pointé toutes les balises, malgré la tempête. Les québécoises #115 ( qui passent en 7e ) et #117 ( qui demeure en 21e ) pétaient le feu et étaient au bivouac à 17h. L'équipe cendrillon #156 a fait un parcours plus serré que les espagnoles #148 dont l’avance en tête n’est plus que de 33 points. 

 

ÉTAPE 6, mercredi 28 et jeudi 29 avril

 

La grande étape du sable dans les dunes de Mhamid, l’étape la plus difficile du Rallye, un long parcours de 175 km en 48 heures, avec 9 balises.

 

Mercredi

Techniquement, en prenant le départ ce matin, Marie-Pierre et Francine viennent de gagner leur impossible défi et de rentrer dans l'histoire du Rallye. Elles ont juste à faire attention pour ne pas se faire disqualifier en faisant appel à l'assistance médicale ou en cassant une moto qui ne serait plus utilisable ! Marie-Pierre est blessée au bras, à la main, au coccyx, et au moral ! Francine est blessée au pied et a mal partout. Mais la santé, ça va très bien. Les motos... des Yamaha, ces machines-là en ont vu d'autres !

 

Ce matin, la grosse tempête de sable, qui va durer toute la journée ; visibilité nulle. Elles ont fait la grasse matinée ce matin, ont pris un deuxième café, ont donné leurs entrevues et sont parties pour entrer dans les dunes et dans l'histoire. Elles n'ont évidemment pas choisi l'option d'aller au coeur des dunes de Mhamid pour récolter un bonus. Elles ont trimé dur toute la journée et se sont arrêtées dans le sable en deçà de la troisième balise. Une chance, elles ne sont pas seules : 8 Françaises, les 2 Hollandaises et les 2 Américaines sont immobilisées au même endroit.

 

Tous les Quads ont décidé de faire les dunes, et ce fut l'enfer. Elles s'en sont finalement sorti en fin de journée, puis la #22 est passée trop au sud et bivouaque dans l'oued Draa, au sud de la 2e balise.    De même, chez les 4x4, celles qui ont affronté les dunes l'ont payé cher. Elles en étaient à peine sorties en fin de journée et bivouaquent à la 2. Les autres qui ont contourné n'ont guère eu la vie plus facile et personne n'a dépassé la 3e balise. La journée de demain sera aussi terrible, car il reste à tout le monde au moins 2 balises pour se rendre au bout de la boucle et puis on revient jusqu'à la 9e balise, sensiblement par le même chemin. Bon courage les filles.

Jeudi

Une fin de rallye en queue de poisson Les gazelles n'étaient pas au bout de leur peine et on a probablement assisté à l'étape la plus catastrophique de toute l'histoire du rallye. Le parcours n'était pas facile à suivre, car, encore pour mettre du piquant, on ne nous avait pas indiqué quelles étaient les options difficiles, moyennes et faciles, au début et au bout de la boucle. Beaucoup de sable, beaucoup de dunes et la tempête qui a repris de plus belle en milieu d'après-midi.

 

Marie-Pierre et Francine ont pris la route (c'est évidemment un euphémisme) de très bonne heure. Elles ont franchi les balises 3 et 4, ont fait un grand contournement, ont pris de l’essence à la balise 8 à 16h30. Pendant la tempête de sable, Francine a piqué un somme, assise par terre, appuyée sur sa moto. Elles étaient au bivouac à 19h.

 

RDS #20 a pu se rendre jusqu'à la 5, mais a réalisé le parcours difficile. Les Françaises #23 ont terminé l'étape, mais n'ont pas fait le second parcours difficile; ce qui leur donne finalement 100 points de moins et la victoire avec 42 points d’avance sur RDS.  Quant à l'équipage #22, elles ont rattrapé le retard qu’elles avaient sur les motardes et prennent la 3e place.

 

Du côté des 4x4, les meneuses espagnoles ont choisi la stratégie des parcours faciles et n’ont pas  dépassé la 5e balise. L'équipe cendrillon #156 a fait une course superbe, a réussi les deux parcours difficiles et a pointé jusqu'à la 5 ; elles prennent 300 points sur les espagnoles et remportent  l’or haut la main.

 

Chez les Québécoises, cette dernière étape a été catastrophique avec, au mieux, une 32e place pour #101 Rona et une 33e pour #115 Webdomaine. Ces dernières sont les meilleures québécoises au cumulatif, avec une 12e place ; elles sont les 2e meilleures novices. Elles sont suivies de #117 Assurelle, avec une 19e place puis de #101 Rona, 31e.

 

ÉPILOGUE

Au Gala du Casino de Montréal, le 25 mai, était décerné le Grand Prix du Casino qui, depuis trois ans, honore l’esprit d’équipe remarquable dont font preuve les concurrentes québécoises de cette formidable compétition.

« Au-delà du désir bien légitime de se distinguer et de remporter l’épreuve, les participantes sont appelées à s’entraider sur le terrain. C’est ainsi qu’un vote secret des Gazelles entres elles, au cœur même du désert, a désigné l’équipe québécoise qui a su démontrer le meilleur esprit d’équipe au cours de cette 14e édition du rallye. Cette année, les Gazelles à l’honneur sont Marie-Pierre Juneau et Francine Plante. Elles récoltent ce prix après plusieurs participations à cette extraordinaire aventure, bercées par l’ivresse que procure le sentiment d’accomplissement et la fierté d’appartenir à un club d’aventurières hors du commun. Pionnières de leur catégorie, elles sont les premières de l’histoire du rallye à terminer l’épreuve en moto ! »

Francine et Marie-Pierre, avec Annie-France Charbonneau, représentante du Casino de Montréal.

 

     Archives          Haut de page       Accueil